Championnat d’Espagne à Hendaye

Championnat d’Espagne à Hendaye 12-14/10/2019

Ce fut le « bazar » malheureusement, car c’est le mot qui convient. 

Vendredi 12/10

Une manche courue le vendredi par vent de sud force 2 bft maxi : alors que c’était jouable malgré une petite rotation à droite sur le premier bord de prés. Le vent mollit et la manche est annulée, ceci alors même qu’elle pouvait être finie avec une arrivée sous le vent. Orotz et l’ami étaient Valerian second. Les espagnols furent bien surpris par cela ?

Conclusion : pas de régate ce jour-là ! Car le vent du Sud n’est jamais revenu …

Orotz et Valérian
Valérian

Samedi 13/10 

Vent de sud toujours, mais bien plus soutenu au départ, force 3 bft, claques à 4 maxi. Mais cela n’a pas duré bien longtemps, juste pour faire une seconde « vuelta » en cette manche. Ceci afin de pouvoir terminer et aller jusqu’à la ligne d’arrivée avec un vent s’écrasant presque totalement. Une seule manche de courue ce jour là et un point c’est tout.

Dimanche 14/10

Baston d’annoncé, gros baston et plus il y a eut, et pas à moitié. Juste vingt bateaux sur l’eau avec 28 à 30 nds et claques à 38 nds selon le comité qui fut très « gourmand » à mon avis en envoyant du monde sur l’eau. La preuve, juste six bateaux ont pu « survivre » à l’histoire. Le terme émanant de la bouche de Valerian lui-même. En fait, il était bien difficile de faire ne serait-ce que du vent arrière sans enfourner ! On ne comptait plus le nombre de finns à la patouille. Et certains ont même chaviré plusieurs fois. Les grands grands masters et autres grands masters sont restés au chaud à terre, car ce fut vraiment dantesque.

Il y a un moment où un comité de course se doit, je pense, de savoir prendre les décisions qui incombent à une situation exceptionnelle, me semble-t-il.

Connaissant parfaitement ledit quartier, je n’ai même pas envisagé de mettre à l’eau. Seuls les jeunes bien entraînés pouvaient être capables d’essayer pour arriver. C’est tout à leur honneur bien sûr !

Moralité : les gars n’ayant pu naviguer en cette manche de survie, sont restés sur l’eau plus d’une heure et demie, pour rien !…

 Conclusion : le comité a renvoyé tout le monde à terre et a attendu que le vent puisse se calmer sérieusement, ce qu’il fit au bout d’une heure et demie environ. Mais il y eut un autre souci, c’est que la pluie fut si dense que l’on n’y voyait plus qu’à 50 mètres ! De ce fait le PRO qui espérait sauver son Championnat grâce à un troisième manche, a dû se résoudre à en rester là.

Ce fut donc un Championnat avec des résultats tronqués, dommage, nous avions un solide plateau avec des régatiers de très bon niveau, et nos Français n’ont pas du tout démérité suite aux deux manches validées. Exemple pour notre ami Valerian qui découvrait le Pays Basque, grâce à sa performance finit troisième au général et donc podium. Bravo à lui qui est en grande forme en ce moment et qui a pu découvrir son nouveau canot avec des surfs énormes !!!

Dommage aussi que nous n’ayons pu leur offrir que la beauté du Pays Basque, … la météo nous a un peu trahi !

Mais bon, c’était super sympa de profiter de l’accueil des Basques Espagnols qui s’étaient mis en quatre pour nous recevoir, tant pour le côté logistique (grand parking, organisation générale …) que festif (acceuil, repas, …).

Bien sportivement

Jean-Jacques 

Retour haut de page